Journées d’études – Les structures matérielles de la route médiévale (terre d’islam – monde méditerranéen)

Une rencontre organisée par le laboratoire CIHAM (UMR 5648), Histoire, Archéologie et littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux et le laboratoire Archéorient, Environnements et sociétés de l’Orient ancien, le 2-3 avril 2020 à Lyon.

En comparaison avec la place qu’elle occupe dans l’historiographie de l’espace romain, la route semble d’emblée un sujet secondaire dans les travaux des médiévistes. Elle a été surtout envisagée dans une perspective de géographie historique, centrée sur la restitution des itinéraires et l’établissement de la trame qui structure l’occupation des territoires, ou mieux encore, l’organisation de vastes ensembles politiques ou impériaux. Le rôle que jouent les grands pèlerinages dans la mise en place des routes a été particulièrement étudié, notamment pour les chemins de Saint-Jacques de Compostelle ou pour les routes du ḥajj. Mais au-delà de ces questions, la matérialité de la route médiévale est restée peu abordée.

L’objectif de ces journées d’étude organisées les 2 et 3 avril 2020  est de susciter une réflexion commune sur les caractéristiques et les évolutions des structures matérielles de la route médiévale. L’implication des pouvoirs politiques dans la mise en place et l’entretien de ces grandes infrastructures territoriales sera particulièrement scrutée. En croisant les approches et les différents types de sources écrites ou archéologiques, et sans prétendre à une quelconque exhaustivité, cette rencontre traitera des sujets suivants :

Ecrire et décrire la route

La terminologie de la route et de ses structures matérielles est une entrée nécessaire pour en saisir les manifestations les plus diverses, notamment les différences dans la description et la dénomination de la route dans les textes géographiques, les documents d’archives ou dans les sources normatives. Il convient également d’étudier le contenu et la distribution géographique des bornes milliaires.

Le devenir des routes antiques

Si les routes antiques, notamment d’époque romaine, ont structuré l’occupation des territoires et ont constitué des marqueurs importants des paysages, on peut s’interroger sur leur devenir au Moyen âge. Ainsi, comment sont utilisés et entretenus les réseaux viaires antiques, aussi bien en terre d’Islam que dans le monde latin, et quelles sont les modalités de leur réappropriation ou de leur abandon dans les nouvelles formes d’organisation du territoire ?

Les moyens de transport

En terre d’Islam, l’idée de l’abandon définitif de la roue (du chariot) en faveur d’une utilisation exclusive des animaux détermine les usages et les structures de la route (R. Bulliet, The Camel and the Wheel). Il convient de réexaminer ce postulat à l’aune des sources les plus diverses, notamment grâce à l’apport nouveau de l’archéozoologie, et de restituer la place des différents animaux en lien avec l’évolution du peuplement, les conditions écologiques et socio-économiques (place respective des équidés, camélidés et bovidés comme animaux de transport).

Accueil et rencontre

Les structures d’accueil et les dispositifs de contrôle et de protection des voyageurs conditionnent fortement le fonctionnement de la route médiévale. Dans ce cadre, on peut traiter des établissements hôteliers (funduq-s, caravansérails, auberges) qui jalonnent les routes, aussi bien dans leur réalité architecturale que dans les modalités de leur gestion et financement. L’existence de structures et de pratiques pour assurer la protection des voyageurs (refuges, postes de contrôle, institution de la khafāra), sera également abordée.

Pour plus d’informations sur cette rencontre, c’est par ici.