Séance du 29 novembre 2019

Maxime L’Héritier :

“Les structures provisoires de chantier et des vitraux : la cathédrale de Chartres”

 

L’étude de la cathédrale de Chartres et notamment deux campagnes de restauration des parties hautes de l’édifice menées en 2009 et en 2016, ont révélé la présence de dispositifs et d’éléments du chantier qui auraient servi, au cours de la construction, à protéger le bâti.

À partir des précédentes études archéologiques et du travail qu’il mène actuellement sur la cathédrale, Maxime L’Héritier présente, dans le cadre du séminaire, les premières observations de ces structures provisoires en interrogeant leur datation, leur mise en œuvre et surtout leur usage.

Sur les roses des baies hautes des premières travées du chœur sont présents des tenons avec mortaise, scellés au plomb (16 par rose). Ces pièces étaient scellées lorsque les blocs de pierre étaient à plat, ce qui traduirait une certaine forme de standardisation.

Chœur, travées 1 et 2. Tenons avec mortaise scellés au plomb (scellement vertical)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De plus, sur les autres travées du chœur et sur celles de la nef, a été relevée la présence de crochets scellés à intervalle plus au moins régulier autour des roses des baies hautes. Ces crochets sont de petite dimension (seulement 5cm de long).

Crochets. Nef et chœur, travées 3 et 4.

 

La datation par radiocarbone de certains de ces crochets, mis en relation avec l’étude stratigraphique des trois enduits successifs principaux, a permis d’établir plus finement la chronologie du chantier de la cathédrale. Selon Maxime L’Héritier, les crochets, contemporains des phases du chantier du XIIIe siècle, serviraient alors à tendre une bâche afin de protéger les éléments coûteux lors d’opérations de « décoration», d’enduisage de l’édifice. Ces éléments posent de nombreuses questions. Il est notamment difficile de comprendre la coexistence de ces deux systèmes (tenons et crochets) et la chronologie de leur mise en œuvre.

Maxime L’Héritier présente également le cas des verrières en châssis de bois (celle de Saint-Lubin et de Saint-Laurent). Manifestement, une grande partie des verrières était assise en châssis de bois au moment de la construction de la cathédrale, probablement dans un souci de rapidité du chantier. Lors du retrait de ces cadres en bois, il fallait rallonger par soudure les barreaux de fer de la verrière afin de les fixer dans la pierre. Des témoins archéologiques tels que les pièces de fer fichées dans les piédroits ainsi qu’une barlotière rallongée à la forge attestent ainsi la présence et le retrait de ces châssis. De plus, la seule source comptable conservée (le compte de l’œuvre de la cathédrale de l’année 1415-1416) décrit le processus de retrait de ces structures (taille des trous dans la pierre pour asseoir les barreaux, rallongement des pièces de fer, etc.).

L’ensemble de ces structures provisoires- tenons, crochets et châssis en bois- interroge ainsi la chronologie de la construction de la cathédrale et les différentes phases du chantier. Si de nombreuses interrogations restent à élucider quant à leur usage précis, ces éléments éclairent un souci de rapidité de la part des constructeurs.  Elles illustreraient également un souci de rationalisation avec la préfabrication d’éléments (comme le scellement des tenons dans les pierres au sol). De plus, s’il existe d’autres exemples d’utilisation de châssis en bois comme pour la cathédrale de Poitiers, l’observation de systèmes de tenons et de crochets est quant elle inédite.

 

Seminaire d'histoire et d'archéologie de la construction et du bâti. UMR 5136 Framespa, Toulouse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search