Appel à candidature EFR : atelier masterants

Appel à candidature pour l’atelier de formation (master) –

Artisans et ateliers dans l’Italie antique et médiévale

 

 

Pour la cinquième année consécutive, les membres de l’École française de Rome proposent une semaine d’initiation à la recherche consacrée à la question des artisans et des ateliers dans l’Italie antique et médiévale. Des conférences méthodologiques, des ateliers pratiques et des visites permettront d’aborder cette thématique. La formation aura lieu à Rome, du 25 au 29 janvier 2021 et est ouverte aux étudiantes et étudiants de master 1 et master 2 de diverses disciplines (histoire, histoire de l’art, archéologie et sciences sociales), inscrits dans une université française, dont les recherches s’intéressent de près ou de loin aux productions artisanales antiques et médiévales.

Plus d’info sur le site de l’École Française de Rome.

Pour toute question, contacter : Christian Mazet et Paolo Tomassini (atelier.master(at)efrome.it)

[Appel à contribution] – Du front de carrière à la structure rupestre. Reflet du travail de la pierre

Résumé : 

Ce colloque vise précisément à s’intéresser aux espaces rupestres et aux carrières, envisagés ensemble comme lieux où s’expriment des savoir-faire et un artisanat non mécanisé, spécifiques au traitement des roches. Toutes les périodes peuvent être représentées et une approche diachronique est recherchée.

Argumentaire :

L’étude des carrières porte principalement sur la structure de l’extraction et sur les hommes qui y ont travaillé, au contraire des espaces rupestres qui ont souvent été abordés d’un point de vue architectural ou historico-artistique. Néanmoins, l’approche structurelle de ces espaces creusés permettraient de mieux comprendre les hommes ayant œuvré à leur réalisation. Qu’ils soient carrière ou cavité anthropique, ces sites archéologiques ont rarement été intégrés dans les études portant sur leur paysage historique. Rares sont les initiatives qui ont mis le rupestre et les carrières sur le devant de la scène: les colloques de Saint-Martin-le-Vieil organisés depuis 15 ans par Marie-Elise Gardel; les séminaires de recherche “de la carrière aux constructions” portés par le Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (LAMOP – Université Paris-Panthéon Sorbonne) depuis 1984; les récentes sessions  organisées au congrès de l’European Association of Archaeologists (2017-2019) et celle du congrès de la Société des Archéologues Médiévistes Italiens (SAMI) qui s’est déroulé à Matera en 2018.

Continuer la lecture de [Appel à contribution] – Du front de carrière à la structure rupestre. Reflet du travail de la pierre

[Séminaire] – Technique et science du Moyen Âge à la Renaissance : matériaux, pratiques et savoirs (2020-2021)

Ce séminaire est organisé par Catherine Verna, Professeur d’Histoire du Moyen Âge à l’Université Paris 8 (ArScAn UMR 7041), et Philippe Dillmann, Directeur de recherche CNRS (IRAMAT UMR 5060 et NIMBE UMR 3685). Les interventions seront discutées par Nicolas Weill-Parot, Directeur d’études (EPHE).

L’Histoire des techniques du Moyen Âge à la Renaissance est née et s’est considérablement enrichie au cours du XXe siècle. Une de ses originalités réside dans la diversité des sources et le rassemblement des disciplines à partir desquelles elle s’est construite (histoire, archéologie, anthropologie, ethnologie), auxquels il convient d’ajouter les échanges privilégiés qu’elle a entretenus avec certains champs historiques (en particulier avec l’histoire des sciences et l’histoire économique). Partant de ce constat, le séminaire a pour objectif de faire converger, à partir de l’exposé d’une historiographie complexe, les démarches scientifiques qui concourent aujourd’hui à une réflexion en histoire des techniques, en accordant une place privilégiée à l’histoire des sciences et à l’archéologie, autour d’objets de recherches en commun. La question des savoirs, savoirs codifiés et savoirs tacites et, plus précisément, l’articulation entre scientia et ars, constituera la ligne directrice du séminaire.

Ce séminaire est ouvert à tous, étudiants, enseignants et chercheurs.

Cette année le séminaire se déroulera dans différentes salles de l’ENS (rue d’Ulm, voir programme) et il vous sera demandé de renseigner un questionnaire pour chaque séance de séminaire suivie à l’adresse infra. 

http://enquete.ens.fr/index.php/212445?lang=fr

Nous vous remercions d’appliquer cette procédure.

Vous pouvez prendre contact avec Catherine Verna pour toutes informations complémentaires : catherine.verna@rmblfwanadoo.fr.

Planning des séances prévues à ce jour de 17h à 19h :

Continuer la lecture de [Séminaire] – Technique et science du Moyen Âge à la Renaissance : matériaux, pratiques et savoirs (2020-2021)

[Journée d’études] – Inscription à la journée “Cathédrales en feu : histoire et archéologie des incendies des édifices religieux (Moyen Âge – époque moderne)”

A l’approche de la journée d’études les “Cathédrales en feu…” du 14 octobre 2020 à l’INHA , voici les modalités d’inscription et de participation à cette journée.

En raison de la pandémie, l’accueil sur place de l’INHA en salle Vasari sera limité à une vingtaine de participants en plus des orateurs et oratrices de la journée. La journée d’études sera aussi entièrement diffusée en visioconférence. Le lien sera communiqué dans les jours précédent la journée d’études.

Afin de prévoir au mieux l’organisation de cette journée, toutes celles et ceux qui souhaiteraient y participer (sur place ou à distance), sont invités à remplir ce court formulaire (deux questions).

[Publication] – Archéologie du Midi Médiéval – Supplément N°9

Archéologie du Midi Médiéval (A.M.M.) est une revue annuelle  interrégionale créée en 1983 par le Centre d’Archéologie  Médiévale du Languedoc.

La revue  est consacrée au Moyen Âge méridional (Basse Antiquité jusqu’à l’Epoque moderne incluse) et couvre essentiellement les régions Occitanie, Nouvelle Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Auvergne-Rhône-Alpes et Corse. La revue privilégie les articles de synthèse dans les diverses approches pratiquées en archéologie médiévale : culture matérielle, archéologie monumentale, histoire du peuplement, paléoenvironnement, etc.

La collection de Suppléments est consacrée à des monographies de site, des publications de travaux universitaires (thèses) et d’actes de colloques, journées d’étude et autres tables-rondes.

La parution du Supplément N°9 , “L’habitat rural du haut Moyen Âge en France (Ve-XIe siècle) : dynamiques de peuplement, formes, fonctions et statuts des établissements” est prévue pour le quatrième trimestre 2020.

[Offre d’emploi] – L’architecte et la magnificence : Donner forme à la grandeur à Anvers, Rouen et Strasbourg durant le quinzième siècle

Le projet porte sur la réception du concept aristotélicien de « magnificentia » à Rouen, Anvers et Strasbourg durant le quinzième siècle, autant que sur les implications de cette réception pour les théories architecturales et la construction des résidences urbaines. Le projet a pour objectif d’élargir le corpus des textes dans lesquels les théories architecturales de la fin du Moyen Âge ont été formulées, et d’affiner notre connaissance de la fonction sociale et politique attribuée à la beauté, à l’ornement, à l’artisanat et à la matérialité des résidences urbaines.

On offre :

Une bourse à temps plein pour un doctorat dans le domaine de la théorie, de l’histoire et de la critique de l’architecture. Votre tâche principale sera d’exécuter le projet de recherche sous la direction de prof. dr. Nele De Raedt. Vous travaillerez dans le groupe de recherche LAA – Laboratoire Analyse Architecture – à la faculté d’architecture, d’ingéniérie architecturale et d’urbanisme, et en collaboration avec le groupe interdisciplinaire GEMCA – Centre d’Analyse Culturelle de la Première Modernité – dans l’Institut des civilisations, arts et lettres. Le projet est financé par le FSR Seedfund de l’UCLouvain. Le salaire correspond au règlement d’UCLouvain pour les bourses de doctorat.

Début du projet prévu : 1er janvier 2020. Durée du contrat : 2 ans, renouvelable une fois suite à une évaluation positive.

Processus de sélection :

Continuer la lecture de [Offre d’emploi] – L’architecte et la magnificence : Donner forme à la grandeur à Anvers, Rouen et Strasbourg durant le quinzième siècle

[Publication] – Aedificare, 2019 – 2, N°6, Revue internationale d’histoire de la construction

Aedificare est une revue semestrielle, internationale, multilingue et pluridisciplinaire couvrant le champ de la recherche historique de la construction, toutes périodes et aires confondues.

Ce sixième numéro est non thématique et fait apparaître plusieurs champs de recherche de l’histoire de la construction.

Vous retrouverez le sommaire de l’ouvrage ici.
Vous pourrez trouver (accès libre) les comptes-rendus, compedia, les présentations des auteurs et résumés (en français), ainsi que tous les articles (accès payant) en cliquant ici.

[Journées d’études] – “Classique ou barbare” : la sculpture de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (IVe-Xe siècle). Du corpus aux humanités numériques

Amorcé en 1965 sous l’égide de Jean Hubert et très partiellement publié par le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) sous le nom de Recueil général des monuments sculptés en France pendant le Haut Moyen Âge (IVe-Xe siècles), l’inventaire de la sculpture haut-médiévale a été mené jusqu’en 1984 par une équipe du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Il joue un rôle majeur pour la connaissance d’une production artistique qui forme un jalon primordial dans la plastique médiévale occidentale. Seuls 4 volumes (portant sur 7 départements) ont paru, alors que l’équipe a réuni une documentation considérable encore inexploitée, reflétant une expérience et une méthodologie caractéristiques des années 1960-1980. Conservées au département des sculptures du musée du Louvre à Paris, ces archives constituent un fonds patrimonial scientifique exceptionnel que le programme Sathma (Sculptures de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge) valorise. La numérisation des données primaires (photographies, carnets, dessins, clichés) constitue un dépôt intermédiaire, accessible et exploitable par des spécialistes (chercheurs et étudiants), mais aussi consultable en ligne sur une plateforme Wiki par l’ensemble du public intéressé.

Ces journées d’études seront l’occasion de présenter les autres corpus européens et d’échanger avec les chercheurs travaillant sur la sculpture du haut Moyen Age en traitant de son rapport avec l’architecture, des questions de formes et de datations ou encore de matériaux et de techniques.

Rendez-vous le 24 septembre à l’Ecole du Louvre et le 25 septembre 2020 au Musée du Louvre à Paris (programme).

Pour en savoir plus sur ces journées d’études, c’est par ici.

Appel à bénévoles

Chantier d’archéologie du bâti, Ancienne abbaye de Bleurville (Vosges), XIe-XVIIe siècles

22-29 août 2020

 

L’église Saint-Maur de Bleurville, fondée à la période carolingienne, présente des vestiges datés du milieu du XIe siècle, correspondant à l’époque où le pape Léon IX, ancien évêque de Toul, l’érige en abbaye féminine. De cette période nous conservons notamment une crypte qui dessine le plan du transept disparu, et dont le phasage doit être précisé.

Opération prévues lors du chantier :

Dévégétalisation, observation des traces d’outils, identification et prélèvement de mortiers, mesures, relevés, couverture photographique, étude sur les renforts métalliques.

Hébergement en dur.

10€ d’assurance.

Responsable d’opération : Cédric Moulis.

Contact : cédric.moulis@univ-lorraine.fr

appel à bénévoles Bleurville 2020

Offre de contrat doctoral : Le plomb dans la construction monumentale du Moyen Âge. Université Paris 8.

Le plomb dans la construction monumentale : usages, pratiques, approvisionnements (XIIe-XIXe siècles)

 

La recherche qui sera conduite dans le cadre de ce contrat doctoral est pleinement interdisciplinaire, comme en atteste la codirection de thèse entre les universités et laboratoires de Paris 8 Vincennes-Saint-Denis/ArScAn (porteurs de la thèse) et Toulouse/TRACES et le cadre fourni par le chantier scientifique « Notre-Dame » CNRS/Ministère de la Culture dans lequel ces travaux s’inscriront. Le rôle du doctorant ou de la doctorante consistera à construire un référentiel des plombs de construction collectés à Notre-Dame de Paris et dans d’autres bâtiments. Si la démarche envisagée est dans un premier temps archéologique, le corpus d’études sera élargi aux sources écrites (essentiellement comptables) afin de construire une réflexion historique sur les usages et la circulation du plomb aux époques médiévales et modernes à partir d’une pratique de l’interdisciplinarité.

Le doctorant ou la doctorante devra être titulaire d’un Master Recherche en Archéologie, en Histoire, en Histoire de l’art médiéval ou dans un domaine portant sur les Archéomatériaux et le Patrimoine. De solides connaissances en archéologie médiévale sont attendues, en particulier en archéologie du bâti, ainsi que des expériences de recherche sur les matériaux anciens (prospections, inventaires, études typologiques voire analyses chimiques). Une connaissance préalable du monde du patrimoine et de la construction ancienne serait également un atout. De même, seront nécessaires des connaissances ou des expériences dans le domaine de la lecture (paléographie) et de l’étude des archives anciennes. La gestion des missions de terrain nécessaires à la constitution du référentiel nécessitera une grande autonomie de la part du doctorant ou de la doctorante qui devra faire preuve d’une capacité d’adaptation à différents contextes de travail (archives, terrain, laboratoire). Une grande ouverture d’esprit, de la curiosité et une forte motivation seront essentielles pour intégrer et associer les pratiques et raisonnements des diverses disciplines auxquelles il ou elle sera confronté(e) au cours de ses recherches.

Plus d’information  : Offre de thèse Paris 8 Le plomb dans la construction monumentale au Moyen Age.

Un nouveau site internet pour le projet “Petrifying Wealth” voit le jour

Le projet “Petrifying Wealth” porté par le Consejo Superior de Investigaciones Cientificas (CSIC) à Madrid à travers Ana Rodriguez et le Laboratorio di Archeologia Medievale – Università di Roma Tor Vergata via Sandro Carocci se dote d’une nouvelle page internet.

Nous pourrons y trouver toutes les informations relatives au projet, les résumés de leurs activités, les programmes des séminaires, les publications et de nombreuses nouveautés. Pour vous rendre sur leur site, c’est par ici.

Publication en ligne – A découvrir dans la revue “Archéologie médiévale”, t.49, 2019

Christophe Vaschalde, Guillaume Duperron et Aline Doniga avec la collaboration de Fabrice Bigot, Philippe Bromblet et Patrice Cervellin – Le four à chaux FR 1430 de Saint-Martin-le-Bas (Gruissan, Aude) : éclairage interdisciplinaire sur la chaufournerie en pays narbonnais aux XIe-XIIIe siècles.

Sylvain Burri, Vincent Labbas et Philippe Bernardi – De la forêt au bâtiment. Approche pluridisciplinaire des couvertures de bois dans le sud-est de la France (XIIe-XIXe siècles)

Pour accéder à la table des matières complète de la revue, c’est par ici.

 

[Appel à contribution] – L’art roman, et après ?

30e Colloque international d’art roman d’Issoire Issoire (63)
Animatis – Salle Claude-Nougaro
Vendredi 16 et samedi 17 octobre 2020, Animatis (Excursion le dimanche 18 octobre 2020)

Co-organisé par les associations Terres Romanes d’Auvergne et Archiclassique et par le pôle Arts & Patrimoine de la ville d’Issoire, avec le soutien de la municipalité et de l’Alliance Universitaire d’Auvergne, ce colloque sera placé sous le patronage de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand.

Argumentaire

En 1995, le 5e Colloque international d’art roman d’Issoire avait démontré que « l’Art roman », en tant que catégorie intellectuelle, est très largement une invention du XIXe siècle. Cette dernière est née dans le cadre d’un paradigme évolutionniste et téléologique de l’histoire de l’art et des sciences, mettant en scène la succession de grandes périodes artistiques conçues comme autant d’étapes du « progrès » dans le domaine de l’art. Dans cette perspective, largement fondée sur l’idée d’évolution formelle et technique, voire de mode, chaque grand mouvement succède au précédent par des ruptures cycliques : l’art gothique remplace l’art roman, puis la Renaissance, etc. Tout au plus pouvait-on admettre qu’une époque donnée se soit inspirée de l’Antiquité ou qu’elle en ait remployé des éléments, ce qui a conduit à formaliser une succession des renaissances (du XVIe siècle, du XVe, du XIIe, la renovatio carolingienne…).
Progressivement mises en œuvre à partir de la fin du XXe siècle, des interrogations approfondies sur la notion de remploi, tant en histoire de l’art qu’en histoire, tout comme sur les phénomènes de collection (Pomian), ont conduit à remettre en cause le paradigme décrit précédemment. On est désormais beaucoup plus attentif à l’idée de transmission des œuvres et à la succession des significations qu’elles ont pu recevoir au fil du temps.

Continuer la lecture de [Appel à contribution] – L’art roman, et après ?

Seminaire d'histoire et d'archéologie de la construction et du bâti. UMR 5136 Framespa, Toulouse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search