Journée d’études – Figures dans le / en métal. Techniques formes et savoir-faire à la fin du Moyen Âge et à l’époque Moderne

Conçue en partenariat avec le musée Dobrée, le LARA et le laboratoire Arc’Antique, cette journée d’étude propose de faire collaborer archéologues, historiens de l’art et acteurs issus du monde des musées autour de la question des techniques et des savoir-faire liés à la production métallique à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. Ce projet qui se définit fonda-mentalement par son caractère interdisciplinaire, fera ainsi dialoguer sciences humaines et sciences dures, associé au travail d’édition des sources. L’apport de cette accumulation de compétences est bien de jeter un regard neuf sur des objets essentiels à la connaissance du Moyen Âge et de la Renaissance dans le cadre d’une histoire matérielle. Les communications qui se concentreront d’une part sur la production d’objets figurés du quotidien en alliage cuivreux ou ferreux tels que les serrures, les luminaires ou encore les matrices de sceaux et d’autre part sur des objets d’art en bronze, tenteront de faire la lumière sur des questions aussi fondamentales que celle des usages des matériaux et des objets dans leur aspects techniques mais aussi culturels et symboliques. Que ce soit sous l’angle de l’histoire des tech-niques, de l’histoire de l’art ou de l’étude du traitement des surfaces, cette journée ambitionne de replacer la production figurée métallique dans son contexte de mise en œuvre et ainsi tenter d’apporter un éclairage sur les savoir-faire et les pratiques d’ateliers au Moyen Âge et au début de la période moderne.

Pour assister à cette journée d’études, rendez-vous le 14 février 2020, à l’Université de Nantes (Site Tertre, Salle de conférence).

Programme de la journée.

Journées d’études – Les structures matérielles de la route médiévale (terre d’islam – monde méditerranéen)

Une rencontre organisée par le laboratoire CIHAM (UMR 5648), Histoire, Archéologie et littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux et le laboratoire Archéorient, Environnements et sociétés de l’Orient ancien, le 2-3 avril 2020 à Lyon.

En comparaison avec la place qu’elle occupe dans l’historiographie de l’espace romain, la route semble d’emblée un sujet secondaire dans les travaux des médiévistes. Elle a été surtout envisagée dans une perspective de géographie historique, centrée sur la restitution des itinéraires et l’établissement de la trame qui structure l’occupation des territoires, ou mieux encore, l’organisation de vastes ensembles politiques ou impériaux. Le rôle que jouent les grands pèlerinages dans la mise en place des routes a été particulièrement étudié, notamment pour les chemins de Saint-Jacques de Compostelle ou pour les routes du ḥajj. Mais au-delà de ces questions, la matérialité de la route médiévale est restée peu abordée.

L’objectif de ces journées d’étude organisées les 2 et 3 avril 2020  est de susciter une réflexion commune sur les caractéristiques et les évolutions des structures matérielles de la route médiévale. L’implication des pouvoirs politiques dans la mise en place et l’entretien de ces grandes infrastructures territoriales sera particulièrement scrutée. En croisant les approches et les différents types de sources écrites ou archéologiques, et sans prétendre à une quelconque exhaustivité, cette rencontre traitera des sujets suivants :

Ecrire et décrire la route

La terminologie de la route et de ses structures matérielles est une entrée nécessaire pour en saisir les manifestations les plus diverses, notamment les différences dans la description et la dénomination de la route dans les textes géographiques, les documents d’archives ou dans les sources normatives. Il convient également d’étudier le contenu et la distribution géographique des bornes milliaires.

Le devenir des routes antiques

Si les routes antiques, notamment d’époque romaine, ont structuré l’occupation des territoires et ont constitué des marqueurs importants des paysages, on peut s’interroger sur leur devenir au Moyen âge. Ainsi, comment sont utilisés et entretenus les réseaux viaires antiques, aussi bien en terre d’Islam que dans le monde latin, et quelles sont les modalités de leur réappropriation ou de leur abandon dans les nouvelles formes d’organisation du territoire ?

Les moyens de transport

En terre d’Islam, l’idée de l’abandon définitif de la roue (du chariot) en faveur d’une utilisation exclusive des animaux détermine les usages et les structures de la route (R. Bulliet, The Camel and the Wheel). Il convient de réexaminer ce postulat à l’aune des sources les plus diverses, notamment grâce à l’apport nouveau de l’archéozoologie, et de restituer la place des différents animaux en lien avec l’évolution du peuplement, les conditions écologiques et socio-économiques (place respective des équidés, camélidés et bovidés comme animaux de transport).

Accueil et rencontre

Les structures d’accueil et les dispositifs de contrôle et de protection des voyageurs conditionnent fortement le fonctionnement de la route médiévale. Dans ce cadre, on peut traiter des établissements hôteliers (funduq-s, caravansérails, auberges) qui jalonnent les routes, aussi bien dans leur réalité architecturale que dans les modalités de leur gestion et financement. L’existence de structures et de pratiques pour assurer la protection des voyageurs (refuges, postes de contrôle, institution de la khafāra), sera également abordée.

Pour plus d’informations sur cette rencontre, c’est par ici.

Étudier le bâti médiéval (1850-1950) : Acteurs, enjeux, méthodes

Une  journée d’études “Étudier le bâti médiéval (1850-1950) : Acteurs, enjeux, méthodes” est organisée les 26 et 27 mars 2020 aux Archives départementales du Rhône et métropolitaines de Lyon pour l’équipe 3 du laboratoire ArAr Archéologie et Archéométrie (UMR 5138) par les membres de l’axe 4 « L’architecture médiévale à l’épreuve des sociétés modernes »

Le dix-neuvième siècle fut, dans une assez large mesure, à l’égard du Moyen Âge, ce que le seizième siècle avait été à l’égard de l’Antiquité gréco-romaine » : ainsi Michel de Bouärd introduisait-il, en 1975, son Manuel d’archéologie médiévale (M. de Bouärd, Manuel d’archéologie médiévale. De la fouille à l’histoire, Paris : Sedes, 1975).
La fondation par François Guizot de l’Inspection générale des Monuments historiques, en 1830, et du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, en 1834, accompagna une prise de conscience patrimoniale (P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire : la nation **. Le territoire, l’état, le patrimoine, Paris : Gallimard, 1986) et l’émergence des disciplines nouvelles (E. et J. Gran-Aymerich, « L’archéologie au CNRS : origine et mise en place », reprint des Cahiers pour l’histoire du CNRS, n°9, 1990  ; L. Therrien, L’histoire de l’art en France : genèse d’une discipline universitaire, Paris : CTHS, 1998 ; S. Talenti, L’histoire de l’architecture en France : émergence d’une discipline (1863-1914), Paris : Picard, 2000). La création d’une chaire d’archéologie médiévale à l’École des Chartes, à Paris, dès 1847, marquait symboliquement la reconnaissance du monument comme un objet digne d’intérêt dans un champ de recherches jusque-là focalisé sur les sources d’archives. Les nombreux voyages que Prosper Mérimée effectua dans toute la France, pour les Monuments historiques, avec l’appui des institutions locales et des sociétés savantes, témoignent en outre de l’ampleur nationale de l’entreprise. Les questionnaires envoyés à toutes les communes françaises par le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, sous la direction de Narcisse-Achille Salvandy, en 1838 et en 1847, trahissent quant à eux la priorité que l’État accordait alors au patrimoine médiéval (X. Charmes, Le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (histoire et documents), Paris, Imprimerie nationale, 1886, 2 vol.). Cette politique patrimoniale, largement centralisée, se poursuivit pendant la seconde moitié du XIXe siècle et, dès les années 1880, la création de nouveaux cours et la multiplication des sociétés savantes (J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition en France : les sociétés savantes en France aux XIXe et XXe siècles, Paris : CTHS, 1995) favorisaient l’étude des monuments médiévaux et, surtout, des édifices chrétiens.
En province, la situation était pourtant très inégale d’une région à l’autre tant elle dépendait des initiatives d’individus isolés ou intégrés dans des sociétés savantes. Véritable « laboratoire de recherches », la Normandie fit figure d’exception grâce aux travaux précurseurs d’Arcisse de Caumont qui fonda aussi, en 1834, la Société Française d’Archéologie. Sans être délaissées, d’autres régions, ne connaissaient pourtant pas le même engouement pour l’étude des monuments du Moyen Âge. Dans des villes comme Vienne ou Lyon, le phénomène s’explique sans doute par la prégnance de l’archéologie antique. Ainsi les travaux consacrés à la Bourgogne et au Lyonnais par Joseph Bard, qui se définissait comme un « monumentaliste », n’eurent-ils que des répercussions limitées comme le suggèrent, à la fin de ses deux ouvrages majeurs (J. Bard, Statistique générale des basiliques et du culte dans la ville de Lyon, précédée d’instructions sur l’archéologie sacrée dans la province ecclésiastique de cette métropole et dans une partie de celle de Besançon et suivie d’études sur divers types et sous-types d’architecture burgondo-lyonnaise, choisis dans nos diocèses du sud-est, Lyon, Revue du Lyonnais, 1842 ; Idem, Derniers mélanges d’archéologie sacrée, Lyon, Chambet fils, 1847), les listes de souscripteurs où les acteurs de l’érudition régionale brillent par leur absence. À la charnière du XIXe et du XXe siècle, la situation avait pourtant évolué à Lyon grâce à l’apparition d’un enseignement régional de l’histoire de l’art médiéval, à la faculté de lettres et à l’école des Beaux-Arts, mais aussi grâce à la multiplication des sociétés savantes et à leur intérêt nouveau pour les monuments du Moyen Âge. Mais il s’agissait là de deux mondes parallèles, dont les membres ne se fréquentaient guère et ne collaboraient pas.
L’histoire de l’architecture médiévale fut donc écrite, à partir du milieu du XIXe siècle, par des hommes dont la formation, le parcours professionnel et les objectifs étaient variés. De fait, ils élaborèrent chacun leurs méthodes d’analyse et leurs grilles de lecture du bâti médiéval, lesquelles sont à l’origine de nos pratiques en histoire de l’art et en archéologie. S’intéresser à ces hommes et à leurs travaux : tel est l’objet de la journée d’études “Étudier le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes et enjeux.”
Actuellement, le regard porté sur l’architecture médiévale au XIXe siècle est un thème fédérateur en Europe. De nombreux travaux traitent en particulier du point de vue des architectes restaurateurs qui, à l’image d’Eugène Viollet-le-Duc, intervinrent sur des édifices médiévaux (Voir, par exemple, B. Phalip et J.-Fr. Luneau (dir.), Restaurer au XIXe s. (I-II), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2012-2013 ; A. Timbert, Restaurer et bâtir : Viollet-le-Duc en Bourgogne, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013. Voir aussi, plus récemment, le colloque international organisé sous la direction de M. Piavaux, Cl. Houbart et A. Timbert, Matériaux, métiers et techniques. Vers une histoire matérielle du chantier de restauration (1830-1914), Paris-Liège-Namur, décembre 2017, ainsi que le séminaire organisé par l’Institut National d’Histoire de l’Art et l’Université de Picardie Jules Verne : Construire, restaurer, détruire : les chantiers du XVIIIe au XXe siècle, février-juin 2018.). Cette journée d’études s’inscrit dans cette dynamique tout en élargissant les perspectives : elle ne traitera pas de personnalités exceptionnelles, intervenues sur des chantiers prestigieux, au sein de grandes cités, mais plutôt des figures dont les travaux sont restés confidentiels, ne sont pas passés à la postérité, mais sont pourtant des témoignages éloquents sur l’origine de nos disciplines. Par leur profession (architectes départementaux ou diocésains) ou simplement par passion (érudits, historiens locaux), ils furent des hommes de terrain s’attachant à décrire, dessiner et comprendre ici une petite église rurale, là les vestiges d’un donjon. Il s’agit, en somme, de s’affranchir du cas exceptionnel pour s’intéresser davantage au quotidien d’hommes ancrés dans leur territoire, un quotidien sans doute plus révélateur des sociétés elles-mêmes. Parmi eux, les érudits qui, à l’image du père Camille de la Croix pour le Poitou (J.-M. Guillouët et N. Faucherre, « Des archéologues au service de la foi ? Le père de la Croix à Saint-Philibert-de-Grandlieu et le chanoine d’Urville à Nantes », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest ;Voir aussi le travail collectif en cours sur les archives de cet érudit, sous la direction de N. Dieudonné-Glad, à l’Université de Poitiers, sillonnaient inlassablement leur région, retiendront particulièrement l’attention. Leur documentation, encore largement délaissée, constitue « un maillon fondamental dans la transmission de connaissances » comme l’ont montré, pour les savants des XVIIe et XVIIIe siècles, les communications proposées lors d’une récente journée d’études (Journées organisées par Jérémy Delmulle et Haude Morvan, Les médiévistes face à la documentation des érudits modernes. Méthodes et enjeux, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 7-8 mars 2019). Il faut alors élargir la problématique en s’intéressant aux érudits qui, au XIXe siècle, ont traité d’architecture : d’emblée, il est possible d’affirmer que, à l’instar des historiens, les historiens de l’art et les archéologues ont négligé la documentation qu’ils ont produite.
Cette journée propose de mettre en œuvre, à l’échelle de l’Europe occidentale, cette approche épistémologique des sciences médiévales consacrées au bâti castral, civil ou religieux. Elle exploitera, dans une perspective pluridisciplinaire, tout matériau susceptible de nourrir ces problématiques. Au-delà des monuments eux-mêmes, qui tiennent lieu de source majeure, les correspondances de savants, les archives de sociétés savantes, les photographies ou les relevés anciens, ou encore les fonds des Monuments historiques, par exemple, pourront être convoqués.

Séminaire TERRAE 2020

Le vendredi 17 janvier 2020 a eu la tenue de la première séance du séminaire TERRAE 2020, consacrée à la question de la biodiversité et à l’écologie des forêts médiévales. Le séminaire aura lieu dans l’AMPHI F 417 de la Maison de la Recherche (UT2J).

 

14h-15h30 : Péter Szabò: Medieval forests in Central Europe: from history to ecology

15h30-17h : Sylvain Burri, V. Py-Saragaglia, M. Bal, A. Brin, C. Brun, L. Burnel, S. Buscaino, C. Calastrenc, M. Danu, S. Guillerme, S. Ladet, L. Larrieu, G. Le Roux, E. Maire, M. Mindrescu, A. Petras, M. Philippe, N. Poirier, M. Roy, M. Saulnier, F. de Vleeschouwer, Investigating past trajectories for a better understanding and conservation of present-day biodiversity : on-going research on the last Maramures Old-Growth fir-beech Forests (Romania).

Appel à contribution – La collégiale de Mantes-la-Jolie et Notre-Dame de Paris : la première architecture gothique en Île-de-France

La collégiale de Mantes-la-Jolie

Édifice majeur de la production architecturale du XIIe siècle, la collégiale de Mantes, souvent comparée à Notre-Dame de Paris, tient une place sans cesse réévaluée et qui mérite encore d’être précisée. L’étude des matériaux et des techniques de mise en œuvre demeurent lacunaires dans les deux monuments. La création d’une journée d’étude sur la collégiale de Mantes et Notre-Dame de Paris peut alimenter les débats. Elle permettra de redéfinir la place des deux édifices dans le paysage architectural du XIIe siècle par comparaison de leur technique de mise en œuvre, de leurs matériaux (pierre, fer et plomb), de leur structure (maçonnerie) et de leur équilibre (voûtes, arcs-boutants) mais aussi de leurs formes (écriture architecturale et décor sculpté) autant que de leurs ambiances (revêtements).

Cette journée est l’occasion de partager les réflexions méthodologiques, les problématiques et les résultats de recherches en histoire de l’architecture, en archéologie du bâti et en histoire de l’art des chercheurs et des doctorants issus de formations diverses.

Deadline : 21 février 2020.

Pour plus d’informations, c’est par ici.

EAA 2020 Bucarest

Une session de l’EAA 2020, qui aura lieu à Bucarest, peut attirer l’attention de certains d’entre nous (Attention ! deadline au 13 février !) :

Session 252 – Building networks ! The exchange of knowledge, ideas and material for building in the medieval and post-medieval world, co-organised by Jeroen Bouwmeester, Sarah Kerr, Laura Patrick, Martin Huggon, and Duncan Berryman

Abstract:
The development of buildings in medieval and post-medieval Europe cannot be seen as an isolated process within the boundaries of a town, region or even country. During these centuries there was always an exchange of aesthetic ideas, technological know-how, and building materials. It is known that architects and craftsmen travelled throughout Europe to build, for example, churches and castles. Some of the technological knowledge was closed for outsiders, heavily guarded by the master and his pupils. The building material could also be imported from afar, like tuff brick and wood. Also, the introduction of new concepts was distributed along certain existing networks. For example, the Crusades had an impact on the buildings of medieval Europe on several levels.

In this session we would like to explore these networks. What were the extents of these networks? How far did these networks reach? Can we identify the main players? How does the exchange and distribution of ideas, knowledge, and materials relate to other developments within the medieval and post-medieval world, like the growing urbanisation and globalisation, and the rise and fall of trade-networks like the Hanse and climate-change? How were new concepts adopted and possibly adapted?
We welcome contributions from Europe and outside of Europe to discuss and better understand the patterns behind these exchanges. At the end of the session we hope to have a first glimpse of the exchange of ideas, knowledge and materials and also more sight on the indicators for this exchange.

Further info can be found here: https://submissions.e-a-a.org/eaa2020/sessions/overview/preview.php?id=252

Papers can be submitted through the EAA conference website: https://www.e-a-a.org/eaa2020
Deadline for abstracts is 13th February

Locus

La prochaine séance du séminaire LOCUS aura lieu le vendredi 24 janvier de 10h à 13h, salle Perroy.
Philippe Bernardi interviendra sur le thème :
« Les mondes d’un maçon ordinaire »
« Locus » est un séminaire transversal, réunissant des historiens, membres du LAMOP ou extérieurs à celui-ci, autour de la question de la spatialité dans les sources et les méthodes des médiévistes. Il s’agit d’explorer la diversité des pratiques et des représentations de l’espace au Moyen Âge en tentant de se démarquer d’une approche classique qui réduit l’espace à un cadre géographique donné et objectif, préalable à l’histoire. L’espace, ce sont des pratiques, des représentations, des noms de lieux, des lexiques, des images, variables selon les contextes. La question du « lieu », à la fois plus restreinte et plus souple que celle « d’espace », explore également la manière de nommer, de recenser, de comprendre les spatialités médiévales. Ainsi la question des lieux s’inscrit-elle dans le champ des études de toponymie, d’histoire de la cartographie ou de reconstitutions géographiques, mais concerne aussi, plus largement, la plupart des recherches des médiévistes dès lorsqu’ils s’intéressent aux lieux et à la dimension spatiale des phénomènes historiques. Le « locus » tend à devenir ainsi un « lieu commun », un carrefour permettant aux historiens de croiser et confronter leurs recherches et leurs méthodes.Le séminaire prend la forme d’un atelier présentant des sources inédites, permettant de discuter de travaux en cours, de mûrir un article et de découvrir une bibliographie. Il a pour caractéristique un débat assez libre sur l’importance de la spatialité à travers des exemples précis tirés des recherches des historiens invités. La diversité des thèmes et des approches enrichissent ainsi la discussion.Cette année 2019-2020, nos invités nous parlerons des représentations de l’espace urbain, de l’expérience du monde d’un bâtisseur médiéval, des figures et pratiques de l’espace ecclésial, et enfin de géographie de la frontière à l’époque carolingienne.

Carnet noir

Chères et chers collègues,

Nous avons eu la tristesse d’apprendre le décès de notre collègue Jean-Pierre Sosson à l’âge de 83 ans.

Né le 18 février 1936, docteur en philosophie et en lettres à la Faculté de philosophie et lettres de Louvain en 1972, Jean-Pierre Sosson fut professeur émérite d’histoire du Moyen Âge et longtemps président du Département d’histoire de l’Université catholique de Louvain. Spécialiste en histoire économique et sociale du bas Moyen Âge, ses travaux touchèrent la société urbaine et en particulier, les métiers, dans les secteurs artisanaux et industriels, ainsi que les finances des villes de Flandre. Après sa thèse, Les travaux publics de la ville de Bruges XIVe-XVe siècles : les matériaux, les hommes (Bruxelles, 1977), il poursuivit ses recherches sur l’impact du secteur de la construction dans les finances urbaines des grandes et petites villes de Flandre. Citons en particulier la publication sous sa direction des actes du colloque international de Louvain-la-Neuve du 7-9 octobre 1993, Les métiers au Moyen Âge : aspects économiques et sociaux (Louvain, 1994), ainsi que les actes du colloque international de Marche-en-Famenne, du 16-20 octobre 2002, Au-delà de l’écrit : les hommes et leurs vécus matériels au Moyen Âge à la lumière des sciences et des techniques, nouvelles perspectives (Brepols, 2003).

 

Les travaux de Frédéric Epaud sur HAL

Deux textes de Frédéric Epaud, spécialiste d’Archéologie médiévale et en particulier de la forêt, des charpentes et des techniques de construction en bois,  sont désormais disponibles sur HAL :

 

Appel à contribution – Travelling Objects, Travelling People : Art and Artists of Late Medieval and Renaissance Iberia and Beyond, c. 1400–1550

The Courtauld Institute of Art, 28–29 May 2020.

Travelling Objects, Travelling People aims to nuance our understanding of the exchanges and influences that shaped the artistic landscape of Medieval and Renaissance Iberia. Traditional narratives hold that late fifteenth-century Iberian art and architecture were transformed by the arrival of artists, objects and ideas from France and the Low Countries, while 1492 marked a chronological rupture and the beginning of global encounters. Challenging these perceptions, this conference will reconsider the dynamics of artistic influence in late medieval Iberia, and place European exchanges in a global context, from Madeira to Santo Domingo. Bringing together international scholars working on Spain, Portugal and a range of related geographies, it seeks to address the impact of ‘itinerant’ artworks, artists and ideas, and issues of migration and non-linear transfers of materials, techniques and iconographies.

Deadline : Friday 10 January 2020.

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur leur site.

Appel à contribution – Des pierres et des hommes. Premières rencontres annuelles du Centre d’Interprétation de la Pierre de Sprimont

Vendredi 18 septembre 2020.

Le Centre d’Interprétation de la Pierre (CIP) de Sprimont organise une journée d’étude spécifiquement dédiée aux rapports historiques entre l’homme et la pierre. Cette journée se focalisera sur les matériaux lithiques extraits et/ou employés sur le territoire de l’actuelle Belgique dans une perspective largement diachronique (de l’Antiquité à nos jours). Elle souhaite aborder des thématiques multiples et convie, pour ce faire, des personnes issues de disciplines et de domaines professionnels variés. Son objectif principal est de promouvoir les échanges entre les acteurs de la recherche et dynamiser les collaborations autour de ce matériau fédérateur qui requiert, pour une étude historique fine, un croisement des regards et des compétences.

La deadline des candidatures est fixée au 13 janvier 2020.

Retrouvez l’ensemble de l’appel à contribution ici.

Publication des actes du Congrès francophone d’histoire de la construction de Nantes

Nous nous réjouissons de la parution des actes du 3e Congrès francophone d’histoire de la construction : Construire ! Entre Antiquité et Époque contemporaine (Paris, Éditions Picard, 2019, 1314 pages. – ISBN 978-2- 7084-1048-0 – EAN 9782708410480)

Après les actes des congrès de Paris (2010) et de Lyon (2016), les actes de celui de Nantes (21-23 juin 2017) permettent de poursuivre l’investigation de l’histoire de la construction. Une fois encore l’interdisciplinarité a été le maître-mot ; une fois encore, praticiens de la construction et chercheurs qui étudient l’histoire de la construction, dans la longue durée et à l’échelle de territoires multiples, ont pu croiser leurs regards sur des thématiques traditionnelles à ce domaine — matériaux, processus de construction, droit et économie, métiers et acteurs… —, ou sur des thèmes propres aux laboratoires de recherche nantais et ligériens (constructions maritimes et fluviales, ambiances). Cent onze articles, dus à des chercheurs venant de quinze pays, sont ici réunis et répartis en onze thèmes traditionnels ou plus originaux en matière d’histoire de la construction.

Construire ! Entre Antiquité et Époque contemporaine, comme les volumes précédents, s’adresse aussi bien aux professionnels de la construction, architectes du patrimoine, chercheurs, archéologues, qu’aux amateurs et à tous ceux qui veulent comprendre l’évolution de notre environnement constructif, ancien ou plus récent, qu’il soit patrimonialisé ou non.

Rencontres d’Arezzo, février 2020.

Il Paesaggio Pietrificato

La storia sociale dell’Europa tra X e XIII secolo attraverso l’archeologia del costruito

Une rencontre, dans le cadre du projet ERC Petrifying Wealth, dirigé par Ana Rodriguez et Sandro Carocci, et co-organisé par l’Università degli Studi di Roma Tor Vergata, par le Centro de Ciencias Humanas y Sociales (CCHS) du Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC) de Madrid, se tiendra à Arezzo les 7 et 8 février 2020.

Le thème principal de la rencontre est de relier le phénomène de pétrification des siècles centraux du Moyen Âge avec les enjeux sociaux de la richesse, la valeur de cette nouvelle phase de construction et le sens de l’identité collective.

Retrouvez toutes les informations, ainsi que le programme sur le site.

Allocation de Recherche

Ouverture des candidatures pour l’obtention d’allocation de formation et de recherche en archéologie, patrimoine bâti, patrimoine mobilier, Inventaire général du patrimoine culturel et Monuments historiques. Date limite de dépôt des dossiers le vendredi 17 janvier 2020.

Chaque année, le ministère de la Culture (direction générale des Patrimoines) attribue des allocations de formation et de recherche, destinées à soutenir financièrement des travaux de recherche susceptibles d’intéresser les domaines suivants : archéologie, patrimoine bâti, patrimoine mobilier, Inventaire général du patrimoine culturel et Monuments historiques, et d’aider les jeunes chercheurs dans leur action ou dans la connaissance de leur territoire. Ces allocations ne sont pas accordées selon des critères sociaux : elles correspondent à un financement pour un travail de recherche, ouvert aux étudiants en Master 1, Master 2 et Doctorat. Leur montant mensuel est de 915 euros par mois et elles peuvent être attribuées pour une durée allant de 1 à 9 mois.

Toutes les infos sont sur  le site du Ministère de la Culture

Séminaire de recherche du LAMOP [2019-2020] – Carrières et construction

Ce séminaire rend compte d’une recherche pluridisciplinaire actuelle, associant historiens, archéologues et géologues à l’étude des matériaux lithiques à travers leur extraction, leur transport et leur mise en œuvre, depuis l’Antiquité jusqu’aux Temps modernes. Il est ouvert aux chercheurs et aux étudiants, mais ne délivre pas d’évaluation dans le cadre du cursus universitaire.

Les mercredi de 18h à 20h  à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI), 4 Place Jussieu, bâtiment 46-56-3e étage, salle Darcy.

Pour en savoir plus sur le calendrier des séances, c’est par ici.

Seminaire d'histoire et d'archéologie de la construction et du bâti. UMR 5136 Framespa, Toulouse