Invitée du 18 mars 2022

Thème 2 : Gérer

Prochainement titulaire d’un doctorat d’histoire de l’art à l’Université de Genève (soutenance le 27 novembre 2021), Camille Larraz a réalisé sa thèse sur « Simon de Châlons et la peinture en Provence au XVIe siècle » sous la direction du prof. Frédéric Elsig au sein du programme Peindre en France à la Renaissance. En parallèle à ses recherches doctorales, Camille Larraz a publié plusieurs articles sur des peintres actifs en France aux XVe et XVIe siècles, comme Nicolas Froment, le Maître de Dinteville ou encore Giovanni Capassini.

Quelques publications à retenir :

« Le Portrait de Jean de Langeac, Évêque de Limoges : Une Œuvre du Maître de Dinteville ? », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LXXIX-3, 2017, p.619-624.

« Nicolas Froment : de la Picardie à la Provence », Peindre à Avignon au XVe-XVIe siècles, dir. F.Elsig, Cinisello Balsamo, 2019, p.109-115.


« Deux propositions pour Simon de Châlons », Peindre à Avignon au XVe-XVIe siècles, dir. F.Elsig, Cinisello Balsamo, 2019, p.199-209.

« Le Livre des secrets et la diffusion artistique en Languedoc au XVIe siècle », Peindre à Toulouse aux XVe-XVIe siècles, éd. F.Elsig, Cinisello Balsamo, 2020, p. 213-221. 

C. Larraz et R. Villa, « Giovanni Capassini et Etienne de Martellange, portraitistes de la vallée du Rhône », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LXXXIII, 2021, 1, p. 125-147. 

« Nicolas et Jean de Hoey : nouvelles propositions et perspectives de recherche », France 1600. Actualité de la recherche et nouvelles perspectives en histoire de l’art, Actes de colloque (Paris, INHA, 25-26 mai 2021), (à paraître). 


Camille Larraz interviendra dans le séminaire sur le thème :

« Un peintre maître-d’œuvre : Simon de Châlons et les chantiers avignonnais du XVIe siècle »

L’abondance archivistique de la Provence du XVIe siècle en fait un terrain d’investigation propice à l’étude des peintres et des aspects techniques de leurs créations artistiques. Le cas avignonnais est tout à fait exemplaire à cet égard par l’absence de corporation ou de guilde de Saint-Luc régissant l’exercice du métier de peintre. De ce milieu artisan délié des strictes réglementations juridiques de production émerge la figure du peintre Simon de Châlons, lequel domine le marché des commandes entre 1532 et 1561. Plusieurs contrats notariés et documents comptables brossent le portrait d’un peintre assumant, à la demande du commanditaire, la responsabilité de chantiers d’envergure. Le peintre assume une charge similaire à celle d’un maître-d ‘œuvre, sous-traitant avec différents corps de métier, tels que des maçons, des menuisiers, des brodeurs ou encore d’autres peintres. A travers trois exemples de chantiers – deux pour des retables destinés à des chapelles qui doivent également être réfectionnées et un pour la Somptueuse Entrée du cardinal légat Alexandre Farnèse – cette communication vise à mettre en évidence les stratégies économiques et sociales mises en place par Simon de Châlons pour gérer ses intérêts personnels et financiers, l’organisation matérielle, technique et humaine des chantiers à sa charge, ainsi que les processus de commande. L’un des retables, toujours conservé, offre en outre l’opportunité d’aborder la question du statut du peintre, naviguant sans cesse entre la figure d’artiste et d’artisan.

Seminaire d'histoire et d'archéologie de la construction et du bâti. UMR 5136 Framespa, Toulouse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search