Invités du 26 mai 2023

Thème : Chantiers éphémères

Retrouvez la captation vidéo de la séance ici

Pere Freixas a été de directeur du Museu d’Història de Girona. Historien de l’art, il est l’auteur de nombreux articles sur l’art catalan et géronais médiéval, et en particulier le monumental L’ art gòtic a Girona, segles XIII-XV (1983).

Pere Freixas nous propose lors de cette séance une intervention dont le titre est :

Le chantier éphémère dans les cérémonies médiévales 

Dans l’Occident médiéval européen, les cérémoniaux princiers, festifs ou funèbres, étaient des instruments politiques privilégiés pour donner à voir le pouvoir des Grands. Les études sur la question se sont surtout centrées sur les XVI-XVIIIe siècles, oubliant quelque peu l’époque médiévale, restant encore à étudier sur ce point. Dans cette communication, nous traiterons des cérémonies funéraires royales à Gérone, cité des plus importantes de l’ancienne couronne catalono-aragonaise. L’organisation de ces obsèques appelait la construction d’ouvrages éphémères à laquelle participaient de nombreux corps de métiers. Au-delà des princes, les autorités publiques et les gouvernements locaux s’impliquaient et participaient activement aux cotés des établissements ecclésiastiques à ces chantiers. Il était de leur responsabilité d’organiser en peu de temps tout le cérémonial en mémoire du défunt, ce qui provoquait souvent de nombreuses complications à l’heure d’ériger ces catafalques monumentaux et éphémères, et surtout de libérer les fonds nécessaires pour financer le tout.    


Maître de conférences en Histoire de l’architecture et de l’urbanisme médiéval et rattachés au CeTHiS de l’Université de Tours, Lucie Gaugain est l’auteur de l’ouvrage Amboise, un château dans la ville qui tend à montrer l’importance des chantiers amboisiens sur le paysage architectural du royaume de France à l’aube de la Renaissance. Leur prestige fit d’Amboise un des plus grands centres de formation des métiers du bâtiment, mais aussi un laboratoire de formes qui égrena de nouveaux modèles.

Lucie Gaugain a également publié de nombreux articles portant sur l’architecture civile (Bourges, Saint-Dyé) et castrale (Langeais, Pocé) en scrutant tant les aspects techniques et esthétiques de la construction que la dimension sociétale de l’architecture. Elle a par ailleurs co-dirigé plusieurs ouvrages : La Fabrique du jardin à la Renaissance et Caves et celliers dans l’Europe médiévale et moderne (2019, PUFR Tours). Parmi les nombreux aspects étudiés dans le domaine de la construction et de la vie urbaine, elle s’est notamment penchée sur les fêtes.

Bibliographie sélective :

  • Lucie Gaugain, Pascal Liévaux et Alain Salamagne, Actes du LIIIe colloque international d’études humanistes tenu à Tours, au CESR, du 28 juin au 2 juillet 2010, La fabrique du jardin à la Renaissance, Tours, 2019, 360 p.
  • Lucie Gaugain, Clément Alix et Alain Salamagne, Actes du colloque international Caves et celliers à l’époque médiévale et moderne, tenu à Tours, au CESR, du 4 au 6 octobre 2017, Tours, 2019, 494 p.
  • Lucie Gaugain, Amboise : un château dans la ville (1421-1525), Tours, Rennes, 2014, 460 p.
  • Lucie Gaugain, « Les fêtes d’Amboise à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance », dans les actes du colloque des XXVe Rencontres d’archéologie et d’Histoire en Périgord, tenu à Périgueux du 29 septembre au 1er octobre 2017, Châteaux et spectacles, Bordeaux, 2018, p. 23-37.
  • Lucie Gaugain, « Les fêtes d’Amboise données au printemps 1518 par François Ier », Marignan, P. Brioist (dir.), (http://www.cesr.cnrs.fr/recherche/projets-de-recherche) (http://www.Marignan2015.fr).

Elle intervient dans le séminaire sur le sujet :

Des chantiers éphémères : les décors de fêtes du château et de la ville d’Amboise à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance (1460-1520)

Le château et la ville d’Amboise (Indre-et-Loire) furent le cadre de nombreuses fêtes sous les règnes de Louis XI, Charles VIII, Louis XII et François Ier. Célébrant les entrées royales, les événements de la famille royale (baptême, fiançailles, mariage…) ou tout simplement la présence de la cour, ces fêtes demandaient de mettre en œuvre des moyens considérables. Les archives municipales (comptabilités, délibérations, quittances…) et la correspondance diplomatique livrent un nombre important de détails sur l’organisation de ces chantiers éphémères qui donnaient naissance à d’extraordinaires décors. Il s’agira de présenter l’organisation de ces chantiers tout en les comparant à ceux plus traditionnels et de longue haleine qui se tiennent au château ou sur les ponts de la ville.

Seminaire d'histoire et d'archéologie de la construction et du bâti. UMR 5136 Framespa, Toulouse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search