Invités du 21 avril 2023

Thème : Récupération et remploi

Retrouvez la captation vidéo de la séance ici

Cédric Moulis est ingénieur d’études en archéologie du bâti à l’université de Lorraine. Il a soutenu une thèse intitulée “Bâtir en Lorraine méridionale (XI-XIIe siècles). Chantier et mise en œuvre des matériaux“. Il s’intéresse plus particulièrement au matériau pierre et a codirigé un PCR diachronique sur la pierre dans l’Antiquité et au Moyen Âge en Lorraine, publié en 2018. En parallèle, il coorganise tous les trois ans les colloques “Pierre à Pierre”, dont les trois premiers opus se sont tenus à Nancy (2015), Namur (2018) et Charleville-Mézières (2021). Il participe aux travaux scientifiques menés par le GT “Pierre” mis en place par le ministère de la culture et le CNRS sur la cathédrale Notre-Dame de Paris dans le cadre de sa restauration.

Cédric Moulis propose une communication dont le titre est :

Le Moyen Âge consommateur puis initiateur de remploi. Des exemples lorrains.

Le remploi est une pratique très ancienne, qui trouve probablement ses origines dans la rareté des matériaux, l’effet d’aubaine, et dans le recyclage qui à l’époque n’était sans doute tributaire des questionnements environnementaux actuels. A travers de multiples exemples essentiellement venus de sites lorrains, nous proposons de rencontrer différentes formes de remplois générés par le Moyen Âge, en récupérant des éléments issus de la civilisation romaine, puis, peu à peu, issus de temps plus proches, pour ensuite nous pencher sur les éléments médiévaux qui ont pu être remployés dans les constructions modernes et contemporaines. Nous verrons alors que se pose la question à chaque fois renouvelée du sens du remploi et de son intérêt.


Laura Foulquier a soutenu en 2008 une thèse de Doctorat sur les remplois de l’Antiquité et du Haut Moyen Âge en Auvergne (CHEC, Université Clermont Auvergne). Chercheur associé (ArAr, UMR 5138, Archéologie et Archéométrie, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Université Lyon 2) et membre du GDR ReMarch – Recyclage et remploi des matériaux de l’architecture aux périodes anciennes (CNRS), elle poursuit ses recherches sur les pratiques de récupération, notamment à l’époque contemporaine.

Elle a publié notamment dernièrement :

Le passé morcelé : du rebut, du matériau et de l’œuvre d’art“, dans Interfaces (2020).

 “L’expérience du lambeau. Réflexions sur les pratiques de récupération de la pierre en milieu urbain dans la Méditérannée occidentale (XIIIe-XVe siècles)”, dans Le Pietre delle città medievali. Materiali, uomini, tecniche,(area mediterranea, secc. XIII-XV) (2020).

 “Le paysage en miettes. Remploi et réutilisation durant la Première Guerre mondiale et la Deuxième Guerre mondiale“, dans Un adieu aux armes. Destins d’objets en situation de post-guerre (2019).

Avec Anelise Nicolier et Olivia Puel, elle co-dirige l’axe L’architecture médiévale à l’épreuve des sociétés modernes (ArAr, UMR 5138, Archéologie et Archéométrie, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Université Lyon 2).

Laura Foulquier propose une communication sur le thème :

« Du même sang que les Latins ». Remplois et romanité dans l’Auvergne du Moyen Âge.

Le remploi, c’est l’utilisation de l’inutilisable. C’est la sélection, la transformation (plus ou moins conséquente) et la valorisation d’un fragment promis à la perte, à l’abandon. C’est une forme de recyclage et à l’heure du développement durable, c’est un acte qui est vu désarmais comme quelque chose de profondément positif. Cela n’a pas toujours été le cas. Ce nouveau paradigme ne doit pas faire oublier que pendant des siècles, nombreux furent ceux qui dédaignèrent ces pratiques, voire les conspuèrent. L’étude des pratiques de récupération dans l’ancien diocèse de Clermont et dans l’ancien diocèse du Puy révèle une exploitation des artefacts gallo-romains qui ne saurait être insensée. De fait, l’inventaire des œuvres et des matériaux remployés révèle une utilisation majoritairement cantonnée aux édifices situés dans un vaste Val d’Allier et, il importe de le souligner avec force, étroitement liés au pouvoir épiscopal. Les remplois font mémoire. Ils sont éminemment signifiants. Pour autant les pratiques de remploi déroutent parfois par leur diversité et par la difficulté à les catégoriser.

Seminaire d'histoire et d'archéologie de la construction et du bâti. UMR 5136 Framespa, Toulouse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search